Le cabinet a été créé après guerre par Mr Régis MERCIER.  Après avoir travaillé dans un cabinet d'envergure nationale, il a décidé de fonder sa propre structure à Aubenas.  Sa compétence professionnelle et sa rigueur ont permis au cabinet de se développer et de devenir une figure incontournable de l'économie albenassiene.

Quelques années plus tard il a été rejoint par trois cadres MM ABEILLON, LAGARDE et ROCHE. Le cabinet ainsi structuré assistait de nombreux clients artisans, commerçants, industriels et professions libérales. 

En 1975, Mr LAGARDE quitte le cabinet pour voguer vers de nouvelles aventures en intégrant une entreprise cliente du cabinet.

Victime de sa conscience professionnelle, M. MERCIER décèdera au mois d'avril 1977 en finissant son enième bilan afin qu'il soit rendu à l'heure aux services des impôts.

Ses héritiers décident de faire confiance à ses collaborateurs MM ABEILLON et ROCHE et leur proposent d'acheter la clientèle.

Ceux ci ont alors la drôle d'idée de s'adjoindre une Parisienne de 24 ans tout juste diplômée.  Et c'est ainsi que naîtra la "Société Vivaroise D'Expertise Comptable" autrement dite SOVIDEC en octobre 1977.

Bien que très disparate la petite équipe des trois associés fonctionnera plutôt bien.  Les relations avec l'administration fiscale étaient sinon cordiales, du moins correctes.  Même si il nous arrivait parfois de défendre un client bec et ongles on ne nous en tenait pas rigueur.

A l'époque toute la comptabilité des clients était tenue à la main dans d'énormes registres noirs appelés centralisateurs.  Malheur à l'étourdi qui se trompait de colonne, il devait ensuite chercher son erreur pendant des heures !Heureusement le développement de l'informatique naissante permit d'automatiser toutes ces tâches.  Il y eut l'époque du traitement à distance, puis les ordinateurs au bureau.

L'ancienneté de nos clients plaide pour la qualité des travaux réalisés et des services rendus.   Au niveau des collaborateurs, le schéma est un peu le même : si on quitte la SOVIDEC c'est plus souvent pour partir à la retraite que pour chercher un autre poste.

André ABEILLON part en retraite en 1996 remplacé par sa fille Marie France BOULARD.  Cela n'était pas facile d'assumer sa qualité de "fille de" vis à vis de collaboratrices dont certaines l'avaient vu naître.  Mais sa persévérance et sa compétence lui ont permis de s'affirmer dans son rôle d'associée et d'expert comptable.

Pendant ce temps le cabinet est en pleine mutation technologique.  Nous avons décidé de migrer vers la télédéclaration tant au niveau fiscal que social. Etre précurseur quand on est un tout petit cabinet au fin fond de l'Ardèche était en soi un pari.  Durant ces premières années nous avions le meilleur taux de télédéclation de tous les cabinets en Rhône Alpes. L'avenir nous a donné raison car quelques années plus tard celle ci est devenue une obligation légale.

Puis ce fut le tour de Jacques ROCHE en 2004, dont la clientèle fut partagée entre deux autres cabinets albenassiens dans la mesure où nous n'avions pas trouvé de repreneur en interne.

L'espace d'une petite dizaine d'années le cabinet devint entièrement féminin. Errement corrigé au départ de Martine GAUTHEUR puisqu'elle fut remplacée par Serge DURAND qui nous a apporté son expérience dans le domaine de la création d'entreprise.

Durant tout ce temps nous avons poursuivi nos efforts pour nous doter d'une informatique performante, permettant d'offrir à nos clients tous types de solution de tenue de comptabilité.

Comme vous avez pu le constater à la lecture de ce petit résumé, les hommes et les femmes sont passés, mais l'esprit du cabinet est resté intact, transmis comme un flambeau de successeur en successeur.

Merci à tous nos collaborateurs et collaboratrices qui nous ont accompagnés dans cette aventure et qui ont permis à SOVIDEC d'exister.

Merci à tous nos fidèles clients qui nous ont permis de faire ce long chemin et merci d'avance à ceux qui, à l'avenir, décideront de nous faire confiance.